À l’heure où le digital prend une place prépondérante dans nos communications d’entreprise, il va sans dire que les années à venir inaugurent d’une omniprésence implacable. Il y a différentes façons de communiquer « digitalement », ou « numériquement » – dirait l’Académie française – car il y a bien débat ici. Nous devrions parler de numérique et non de digital qui signifie « se rapporte au doigt ». Et c’est, paraît-il, les agences de communication françaises, adeptes des mots anglais, qui ont lancé ce terme anglophone. En effet, « digital » en anglais signifie « qui utilise des nombres », alors que de ce côté-ci de la Manche, c’est « numérique » – du latin « numerus » qui signifie « nombre ». Bref, il y a de quoi s’y perdre. Bon… Même si on n’est pas d’accord sur le vocabulaire, on peut s’entendre sur le fait que quelque soit le nom qu’on lui prête, on ne peut pas passer à côté du « numérique/digital » aujourd’hui, sauf si on vit en ermite, où quelque part sur la terre où le réseau ne passe pas. Pardonnez-nous cette offense : nous perpétuons la tradition de nos aïeux confrères et allons donc vous parler de digital, et pas qu’avec les doigts !